Depuis quelques années déjà, le covoiturage est devenu une véritable tendance pour les trajets occasionnels à longue distance, pour aller en vacances ou pour aller au travail tous les jours. Cela a pour objectif de réduire les dépenses au niveau du carburant, les péages et les stationnements. Il est bon de savoir s’il est obligatoirement nécessaire de faire une souscription d’une assurance en particulière ou s’il faut faire des démarches spécifiques avant de faire un covoiturage. Le principe d’un covoiturage est de partager tous les frais de déplacement de la voiture et non pour un usage commercial. Dans le cas où la voiture est utilisée pour faire des bénéfices lors d’un covoiturage, le chauffeur sera considéré comme un conducteur professionnel et devra avoir une assurance professionnelle spécifique à cela.

Quels sont les types d’assurance conseillée pour un covoiturage ?

Sachez qu’il n’existe pas d’assurance spécifique concernant les covoiturages. Le propriétaire doit alors garantir sa voiture, au moins, avec une assurance au tiers pour pouvoir rouler librement sur la voie publique. Cela vous garantira les dommages matériels ou physiques qui peuvent arriver à vos passagers en cas de sinistre responsable par votre assureur. Vous pouvez aussi opter pour des assurances complémentaires comme la garantie de dommages corporels du conducteur. Celle-ci consiste à assurer vos frais médicaux en cas d’accident dont vous êtes le fautif. Une assurance assistance peut également être à votre avantage lors de vos covoiturages. Cette garantie s’applique surtout pour remorquer votre voiture en cas de panne mécanique ou d’accident incluant aussi les frais d’hébergement si besoin.

Que faut-il faire avant de se lancer dans le covoiturage avec votre voiture vis-à-vis de l’assurance ?

Covoiturage ce qu’il faut savoir pour être bien assuré

Principalement basé sur le partage de la voiture avec des collègues, des proches ou avec des personnes inconnues, le covoiturage nécessite dans tous les cas d’avoir une assurance auto adéquate à ce type d’usage du véhicule. La présence de multiples conducteurs et de passagers implique l’adaptation de vos assurances initiales pour vous permettre d’être totalement assuré. Vous devez alors informer votre assureur de l’usage particulier de votre voiture en tant que covoiturage. Cela vous permettra de savoir les extensions d’assurance pour garantir un chauffeur occasionnel. Dans le cas où votre assureur ignore ces informations, votre assurance peut refuser de vous indemniser certains dégâts en cas de sinistre. 

Quelles sont les situations qui ne sont pas assurées ou peu indemnisées par l’assureur lors d’un covoiturage ?

Dans certaines situations, comme l’utilisation de votre véhicule pour aller travailler et revenir chez vous sans l’avoir déclaré à votre assureur sera une valable pour ce dernier de refuser de vous indemniser. De même si vous concédez le volant à un passager pendant le trajet d’un covoiturage alors que votre contrat ne le stipule pas.  Dans ce cas, votre assurance pourrait nier la garantie du conducteur secondaire et du matériel en cas d’accident. Cela peut aussi concerner le cas d’une voiture de fonction utilisée pour un covoiturage sans avoir l’autorisation de l’employeur. Si la voiture est utilisée pour des usages commerciaux, en effectuant des bénéfices par le biais des passagers, vous serez alors considéré en tant que chauffeur professionnel. Ces situations seront peu, voire pas du tout indemnisées par l’assureur, c’est pourquoi il est d’usage de bien vérifier votre contrat d’assurance avant de vous lancer dans le covoiturage.